Kaalookland

Mes lectures, mes histoires, votre avis.

le 14-04-2009 23:47

Lu, Plu, Dis dans ... Animal'z de Enki Bilal

Je l'ai lu, ça m'a plu, je vous le dis !

 

« Le destin bat les cartes,

 mais c’est nous qui les jouerons. »

 

photo1478046

 

Qu'en pensez vous ? Réagissez.

 


 
 
le 14-04-2009 15:18

Un animal, des animal'z ?

Dans la lignée des préoccupations actuelles sur la nécessité de préserver notre planète, l’auteur propose une vision où l’intervention de l’homme tardive aurait eu des conséquences désastreuses sur l’environnement.

 

 


 Titre : Animal’z

Auteur : Enki Bilal

Type : BD

Genre : Science fiction

Editeur : Casterman

Nombre de volumes : 1

 

 Rhésus Mai : Depuis le Coup de Sang, le monde a changé et la nature perturbée, déréglée a repris ses droits. Au milieu de cet univers hostile où les catastrophes naturelles sont omniprésentes, l’homme tente seulement de survivre.

Certains cherchent à rejoindre des Eldorados, des lieux soit disant préservés des intempéries où les hommes pourraient vivre en paix.

 C’est l’aventure d’une poignée d’entre eux que l’auteur vous propose de suivre. 

 

Comme en terre : Enki Bilal nous propose un futur hypothétique, un monde où l’homme aurait fini par faire LA bêtise, celle qui chamboulerait à jamais tout l’équilibre de notre belle planète bleue.

 Une Terre désertique entre Bladerunner et Waterworld où les étendues de terre et de mer ne seraient plus la propriété des hommes mais des animaux et d’un climat extrême et instable.

L’univers graphique est à la hauteur du scénario, les planches dans un genre crayonné sont magnifiques et les teintes noires et blanches avec une touche de rouge collent bien à l’univers post apocalyptique. On ressent bien la dureté de ce monde où l’homme cherche encore sa place et où pour une fois, il est plus proie que prédateur.

Les personnages sont tous plus étranges et énigmatiques les uns que les autres. Certains ayant subi des expériences ont la capacité via une technologie avancée de se transformer en animal notamment en dauphin.

L’eau non salée se fait rare et précieuse pour les hommes et la viande humaine se fait plus facile à chasser que celle des animaux, maîtres des lieux.

 Dans ce monde impitoyable où chacun cherche une raison de vivre, les Eldorados sont une possible terre promise et surtout une réelle motivation de vivre dans un monde meilleur.

 Les héros de cette bd en atteindront ils un ? C’est l’une des réponses que vous trouverez en tournant les pages de cette bd ovni.

 

Off inhale : Il y a toujours une première fois et cette BD fut mon premier Bilal. Je connaissais de nom mais je n’en savais pas plus et j’ai tourné la première de couverture sans savoir ce que j’allais trouver.

 Et bien, j’ai adoré. Les graphismes d’une part, j’aime beaucoup les crayonnés dont je ne possède pas les mots artistiques pour décrire la beauté, puis l’inventivité des êtres qui peuplent les pages, des dauphins ailés ou un hippocampe cybernétique ou mon préféré, un mystérieux cow-boy qui ne parle que par citations philosophiques et qui chevauche un zèbre sur la banquise.

 Le scénario n’est pas le plus original que j’ai pu lire mais la créativité, la poésie et la vision de ce futur improbable de notre planète valent à elles seules la lecture de cette bande dessinée étonnante.

Cette bd s’adresse, je pense (car je n’ai aucune certitude après l’avoir lu) aux plus grands et chacun en arrivant au terme de cette aventure en tirera ses propres conclusions sur Bilal, sur sa bd, sur la vie, sur la planète et que sais je encore !

 

Un vrai coup de cœur !

 

Kaalook

Articles liés
Top 3 du mois ... d'Avril
 


 
 
le 10-04-2009 11:04

C'est nippon ni mauvais, ça se lit sans faim !

Un polar avec des fantômes et des samouraïs ?

Que demande le peuple !

 

 Titre : Fantômes et Samouraïs

Auteur : Okamoto Kido

Type : Roman

Genre : Policier

Editeur : Picquier

Nombre de volumes : 1

 

 Rhésus Mai : Japon. XIX° Siècle. Edo est sur le point de devenir Tokyo et ses traditions ancestrales  vont disparaître pour laisser place à une nouvelle ère de modernité. Les samouraïs sont désormais des vestiges d’une époque révolue tout comme le folklore mystique peuplé de revenants, esprits, renards et fantômes.

Hanshichi est un fossile de ce passé prestigieux, un vieil enquêteur des dernières années d’Edo. C’est à travers ses confidences à un jeune journaliste qu’il va dévoiler le Japon traditionnel qu’il a toujours connu et dans lequel il a résolu des affaires toutes plus étranges les unes que les autres … 

 

Comme en terre : Au travers des enquêtes de Hanshichi, transpire un Japon féodal aux mœurs et coutumes si particulières. Le vieil inspecteur est quelqu’un d’intuitif et lorsqu’on lui raconte des faits extraordinaires, il arrive toujours à trouver une explication logique, à démêler le vrai du faux, le possible de l’impossible. Qui plus est, sa manière pour résoudre les enquêtes est des plus originales pour un représentant de la loi. En effet, il sert la justice à sa manière, n’hésitant pas à tromper ses interlocuteurs sur son identité réelle et à jouer des rôles pour débusquer les félons. Toutefois, une fois le ou les coupables démasqué(s), au lieu d’appliquer la loi (l’emprisonnement ou la mort), Hanshichi se montre régulièrement clément et compatissant. L’enquêteur se fait alors moralisateur devant les nobles raisons (l’amour, la fraternité, le besoin …)  qui justifient les actes terribles des coupables qui sont pour la plupart des petites gens.

Dans chaque enquête, on découvre un nouvel aspect de la capitale avec ses us et coutumes, une faune et flore qu’on ne prêterait pas au Japon ou encore des professions qui n’ont plus forcément cours à notre époque et qui appartenaient à ce prestigieux age de l’histoire nippone.

C’est tout cela qui fait le charme de ce livre, on est autant enquêteur au coté d’Hanshichi, personnage charismatique au grand coeur, à essayer de démasquer les éventuels coupables qu’en voyage dans ce Japon féodal à la saveur si particulière.

 

Off inhale : Ce livre n’est pas un vrai polar, pas plus un documentaire sur les mœurs au temps des samouraïs, mais un livre délicieux comme sait le faire Picquier, qui se lit sans modération. Laissez vous tenter, partez à la découverte d’Edo avec Hanshichi et vous ne regretterez pas le voyage.

 

 Kaalook
 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it  le 11-04-2009 à 00:48:23  (site)

c'est un style qui m'est totalement inconnu, mais pourquoi pas tenter? tu as piqué ma curiosité!

 
 
 
le 31-03-2009 14:08

Hum, ça sent l'urine d'orque ...

Sir Tolkien, voilà que de manière posthume,

Fut publiée cette histoire écrite de votre plume !

« Bonne nouvelle ! » pensai je mais …

 

 

 

 

 Titre : Les enfants de hùrin

Auteur : J. R. R. Tolkien

Type : Roman

Genre : Fantasy

Editeur : Christian Bourgois

Nombre de volumes : 1

 

 Rhésus Mai : Bien avant les aventures de la communauté de l’anneau et la lutte contre Sauron, il y avait Morgoth, tout aussi terrible, qui projetait de conquérir la Terre du Milieu avec son armée d’orques. Face à lui, firent front les elfes alliés des hommes avec à leur tête le valeureux Hùrin.

Mais Hùrin dans son empressement à vouloir libérer la terre du milieu ne savait pas à quoi il allait s’exposer et pas seulement lui, la malédiction de Morgoth frapperait aussi sa progéniture, son fils Tùrin et sa jeune soeur  Niënor.

Alors, dans un monde à la botte du seigneur ténébreux, commencèrent les errances de Tùrin à la recherche de son père, ainsi que les malheurs de sa cadette   

 

Comme en terre : Une belle édition, de belles illustrations, une bonne qualité de papier, un complément d’information sur le monde de Tolkien, enfin une nouvelle histoire sur la Terre du Milieu, que du bonheur en perspective !

Armé donc du « tout nouveau ancien  livre », ce bel objet auquel je ne pus pas plus résister que Bilbo devant l’anneau unique, je me plongeais dans les lignes de ce récit qui je l’espérais, m’en apprendrait d’avantage sur cet univers fascinant dont je loue le créateur, J. R. R. Tolkien, comme une ado vis-à-vis du chanteur de Tokio Hotel.

 La suite ne fut qu’une descente aux enfers. Par respect pour l’auteur, je dirai que c’est une ébauche d’histoire qui n’aurait jamais du être publiée. Le marketing obligeant, après les films sur la trilogie du seigneur des anneaux, c’était le moment ou jamais de sortir une histoire insolite du maître de la fantasy.

Oui, ce fut une déception, l’histoire n’a pas le souffle épique de la trilogie du seigneur des anneaux, ni la magie d’un Bilbo le hobbit, et malheureusement elle n’apporte que peu d’informations en comparaison d’un Silmarillion.

Certes, Tùrin, le héro principal, est intéressant, il ne cesse de commettre des erreurs et espère toujours en tirer des leçons. Tout le temps en mouvement, il côtoie des être fabuleux comme Glaurung le dragon et visite des lieux merveilleux comme la demeure de Mîm le nain mais cela ne suffit pas à rendre le récit captivant. La lecture se fait laborieuse, la trame de l’histoire ne se lance véritablement qu’au bout d’une centaine de pages et elle s’arrête juste au moment où elle devient attrayante laissant un goût d’inachevé … C’est le cas, dommage, alors pourquoi l’avoir publié ?

 

Off inhale : Juste pour les fans de J. R. R. Tolkien et pour les amoureux de son univers qui pourront rajouter ce livre à leur collection consacré à l’auteur. Ceux là (j’en suis) pourront dire « oui je l’ai lu, mais c’est loin d’être le meilleur. »

 

 Kaalook
 


Commentaires

 

1. la-ronde-des-post-it  le 31-03-2009 à 20:02:51  (site)

va vraiment falloir que je m'y mette à Tolkien!!
mais si j'ai bien compris, je commence pas par celui là!!

2. fabi  le 31-03-2009 à 20:15:38  (site)

j'ai pas lu celui là... mais tous les autres, silmarillion compris...
et vu ta critique, je pense pas que je vais le lire...

3. kaalook  le 01-04-2009 à 14:20:09  (site)

Je pense que le mieux pour commencer à lire du Tolkien c'est de débuter par Bilbo le hobbit, c'est écrit à la manière d'un conte pour enfant et l'histoire permet de decouvrir cet univers riche et fabuleux qu'est la terre du milieu.
Pour les enfants de Hurin, oui il vaut mieux passer son chemin !

 
 
 
le 30-03-2009 12:58

Lu, Plu, Dis dans ... Berserk de Kentaro Miura

Je l'ai lu, ça m'a plu, je vous le dis !

 

"Celui dont on n'asphyxie pas les rêves,

celui-là est un ami,

celui à qui l'on ne doit pas imposer sa vue,

qui a su trouver sa propre raison de vivre."

Griffith

 

 photo1430112

 

Qu'en pensez vous ? Réagissez.

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article