Kaalookland

Mes lectures, mes histoires, votre avis.

le 04-02-2010 23:56

Avez vous lu ... Le songe de Siwel ?

Titre: Le songe de Siwel

Auteur: Enfin Libre

Chez : La boite à bulles

 

Rapidavis

Public :  Histoire :  Graphisme :  Intérêt :  

 

Kezako ? Siwel est une jeune orpheline qui s’amuse à courir après son cerceau dans les rues d’une grande ville. Alors qu’elle traverse au passage piéton, elle heurte … Lapinot, le célèbre lapin. La jeune fille qui a beaucoup d’estime pour le bondissant léporidé, se relève et part à sa poursuite. Celui-ci  s’engouffre dans une bibliothèque.

 

Siwel croyant pénétrer une bibliothèque des plus communes, se retrouve alors plongée dans un univers irréel, fabuleux et onirique. Elle ne s’est pas encore qu’il lui sera difficile d’en trouver la sortie …

 

Sakéjenpense : Vous connaissez Lapinot ? Quoi non ? Mais si le héro de Lewis Trondheim. Ah ça vous parle plus ? Non, toujours pas ? Bah ce n’est pas grave car ce ne sera pas le héro de cette aventure hors du commun mais la ravissante Siwel.

 

Siwel est une jeune fille trop mimi, une petite blonde à la coupe afro ! Facile de s’en souvenir. Elle a des jambes et des bras en fil de fer,  une robe toute simple l’habille ainsi que des gants et chaussures si gros qu’on se demande comment elle peut les soulever ! Là n’est pas l’important, le graphisme est accrocheur et dès les premiers tours du cerceau, on est prêt à suivre Siwel jusqu’au bout du monde !

 

Et l’aventure de la jeune fille nous amène bien plus loin, au pays des rats de bibliothèque, sur une île au trésor, à la cour des rois de France, dans le songe d’une nuit d’été. Les personnages sont tous aussi variés, dans son périple, Siwel rencontrera maître Puck et Virgule la lune qui tenteront de l’aider, l’insaisissable Lapinot, des sphinx à la contradiction facile, un arbre qui parle et bien d’autres !

 

Les univers se succèdent et à chacun est propre sa palette de couleurs, son environnement et ses règles. C’est beau et magique. Chaque chapitre débouche sur un nouveau lot de surprises dans un mélange très réussi d’aquarelles et de dessins. Le tout servi par un texte détonnant, plein de références littéraires, jouant avec les mots, les illustrations et le lecteur en gardant toujours une légèreté infantile et une bonne dose d’humour. Un cocktail parfait !

 

Myavis : Ma meilleure lecture en 2010 ! Je ne me mouille pas trop certes mais je pense que ce titre va rester encore un bon moment au sommet de mes lectures.

 

Le songe de Siwel est un enchantement pour petits et grands, un voyage fabuleux et poétique qui revisite et réinvente des classiques de la littérature comme Alice au pays des merveilles ou le songe d’une nuit d’été de Shakespeare.

 

A lire absolument !

 

J’insiste, de 7 à 77 ans, une belle et merveilleuse histoire, qui se comprendra juste différemment selon l'âge.

 

Un livre, une bd, une peinture, un chef d’œuvre !

 

 Kaalook
 


 
 
le 27-01-2010 00:58

Avez vous lu ... Fairy tail ?

Titre: Fairy Tail T.01

Auteur: Hiro Mashima

Chez : Pika

  

Rapidavis

Public :  Histoire :  Graphisme :  Intérêt :  

 

Kezako ? Fairy Tail est une guilde de mages prestigieuse. Lucy est une jeune et jolie apprentie magicienne qui aimerait rejoindre la fameuse guilde et lorsqu’elle apprend qu’un magicien de celle ci se trouve en ville, elle s’empresse de partir à sa rencontre. Mais le dit mage de Fairy Tail n’est qu’un charlatan qui profite du nom de la guilde et d’un sort d’envoûtement pour faire tomber les jeunes filles sous son charme.

 

 Heureusement sur sa route, Lucy fera la rencontre de Natsu, un vrai membre de Fairy Tail qui la sortira de ce mauvais pas et lui proposera de rejoindre la guilde. Delors, il sera temps pour l’apprentie magicienne chaperonnée par Natsu de faire ses preuves en réussissant sa première mission.

 

Sakéjenpense : Fairy Tail est une série de mangas à succès qui est apparue en France, il y a moins de deux ans (je crois) et qui compte à l’heure actuelle 10 tomes. Intrigué par l’engouement des lecteurs, je me suis laissé tenter par ce manga de Mashima.

 

Le graphisme m’était familier, bien sur car facilement identifiable, j’avais déjà lu quelques tomes de sa précédente série Rave. Le mangaka axe son dessin sur les attitudes de ses personnages, leurs expressions au détriment de la finesse de leurs traits. Cela donne un dynamisme certain au manga tourné d’ailleurs vers l’action. Ici, il est question d’affrontements entre magiciens ou de combats avec des créatures fantastiques. Autre trait reconnaissable, toutes les filles sont très très bien pourvues (anatomiquement parlant) et en général les tenues qu’elles portent mettent en valeur leurs attributs.

 

Et oui, c’est un shônen, soit une bd destinée avant tout aux garçons ! Je crois qu’ils seront servis, tout y est de l’action, de la magie, de l’aventure, des créatures étranges, des filles sexy et de l’humour. La guilde de Fairy Tail est totalement déjantée, tous ses mages sont loufoques et l’ennui chez eux n’existe pas. De toute façon, ils sont trop occupés à remplir des contrats qui consistent en général à liquider des monstres démesurés. Lucy, la nouvelle, est la moins folle de la clic, par contre Natsu est timbré, il a bon fond, se débrouille bien comme mage du feu mais son attitude au quotidien est décalée.

 

 Non, il n’y a pas de temps morts dans Fairy Tail, c’est un enchaînement constant de phases d’actions, d’humour, et aussi de bonne morale (ce ne sont pas des méchants mages).

 

 Je comprends mieux pourquoi ce manga a du succès, tous les ingrédients sont présents pour séduire les ados avec du poil au menton. Après de là à captiver un plus large lectorat, il faudrait que l’intrigue soit plus étoffée. Peut être dans les tomes suivants … Même si pour avoir lu quelques tomes de sa série précédente, Rave, il me semble que ce n’est pas dans l’optique du mangaka qui mise tout sur l’action, le fun et les jolies filles. Je reconnais qu’il fait ça plutôt bien !

 

Myavis : En tant qu’adulte atteint du syndrome de Peter Pan, Fairy Tail m’a fait passé un excellent moment. Un bon moyen de se détendre et de se divertir après une trop longue journée.

 

En tant qu’adulte exigeant, malgré la fraîcheur du manga, j’ai trouvé l’intrigue inexistante, ce qui enlève beaucoup de saveur à ce cocktail détonnant.

 

En même temps, je n’ai pas lu Fairy Tail pour satisfaire l’adulte mais l’enfant qui sommeille en moi et il y a trouvé son compte.

 

Kaalook

 

 NB : Non, non, je ne suis pas schizophrène, juste un peu fou.
 


 
 
le 20-01-2010 00:46

Avez vous lu ... La légende de Drizzt ?

Titre: La légende de Drizzt. Livre I

Auteur: Salvatore – Dabb - Seeley

Chez : Milady

 

Rapidavis

Public :  Histoire :  Graphisme :  Intérêt :  

 

Kezako ? Drizzt Do’Urden est un elfe noir de la cité souterraine de Menzoberranzan. Avant même de voir le jour, il était destiné à mourir dès sa naissance. Pourtant, le contexte de l’accouchement lui sauvera la vie. Alors, commencera le long et rude apprentissage par lequel doivent passer tous les males Drow.

 Un monde perfide s’ouvre à Drizzt où tous les coups bas sont permis pour bien se faire voir de la déesse noire. Toutefois, celui-ci, dont les capacités hors normes sont reconnues de tous, ne souhaite pas se mêler aux luttes sanglantes de pouvoir des elfes noirs ou aux raides meurtriers contre les autres races de l’Outreterre. Drizzt se fondra t’il dans le moule de la société elfe ou s’attira t’il les foudres de ses frères de sang et surtout de la déesse noire ?

 

 Sakéjenpense : Voilà une fausse nouveauté intéressante !

 Ce comics est une adaptation d’un roman à succès de fantasy qui date d’il y a … de nombreuses années. J’avais lu à l’époque la trilogie de Salvatore, j’étais jeune et j’avais adoré. Ce comics m’a tapé dans l’œil quand je l’ai vu et je n’ai pu m’empêcher de le lire et de voir si les sensations de mon adolescence reviendraient avec. Et bien … oui !

 

 Au niveau de l’histoire si vous ne connaissez pas, Outreterre est un monde vraiment original car entièrement souterrain. Durant tout le premier tome (le premier comics), je crois qu’on ne voit le soleil qu’une seule fois ! Il ne faut donc pas être claustrophobe car les elfes noirs redoutent les rayons de l’astre solaire.

 Ainsi toute l’intrigue se passe dans l’obscurité. La société Drow (c’est le nom générique des elfes noirs), est donc adapté à ce contexte particulier et toutes les races qui cohabitent dans les sous sols ont développé des spécificités propres à cet univers sombre, très sombre. Cela arrange bien les drows, spécialiste des bassesses en tout genre, dont les familles s’entretuent pour grimper dans la hiérarchie et se mettre dans les bonnes grâces de la déesse noire, cruelle et avide de sacrifices. 

 Par le biais de Drizzt qui va grandir dans cette société, on découvre les particularités de ce monde horrible et il est difficile de ne pas être écoeuré par les mœurs des elfes noirs. Drizzt parait être aussi atterré que nous par tout ce qui l’entoure, ce qui le rend plus humain et attachant à nos yeux. Mais le fait de ne pas se conformer aux règles établies risque de lui apporter les foudres de la déesse.

 

Le dessin retranscrit bien cet univers lugubre et terrible. Les cavernes, ses habitants et la cité elfe correspondent à l’idée que je m’en faisais en lisant les livres. Un bémol juste sur les elfes qui se ressemblent un peu tous,  seulement la couleur de leurs yeux et les coupes de cheveux les différencient. Néanmoins l’ensemble reste bon et plaisant. 

 

 Myavis : Nul doute que ce comics captivera les amateurs de fantasy et de bd. Si vous trouvez qu’une bd c’est trop cher pour peu de pages, réjouissez vous pour moins de 10 euros vous avez une centaine de pages bien illustrées et une histoire qui tient la route dans un monde fabuleusement noir.

Ceux qui comme moi ont déjà lu la trilogie de l’elfe noir de Salvatore se régaleront encore une fois en vivant les aventures de Drizzt Do’urden, elfe charismatique de la fantasy et cette fois ci de manière illustrée !

Je cours me procurer le tome 2 au risque de devenir nyctalope !

 Nostalgie quand tu nous tiens ...

 

 Kaalook
 


 
 
le 11-01-2010 01:03

Avez vous lu ... Blast ?

Titre: Blast 1. Grasse Carcasse

Auteur: Manu Larcenet

Chez : Dargaud

 Rapidavis

Public :  Histoire :  Graphisme :  Intérêt :  

 

Kezako ? « Tu t’appelles Polza Mancini, 38 ans, sans domicile connu et avant de faire la route, tu étais « écrivain » ainsi commence l’interrogatoire des flics. Polza a été arrêté pour une tentative de meurtre sur Carole, actuellement dans le coma et il doit désormais se justifier devant les autorités. Mais Polza depuis la mort de son père n’est plus le même homme, il  prend son temps ... pour tout. Débute alors le récit d’un homme fou … ou non, qui a découvert les mystères du « blast ».

 

Sakéjenpense : Un nouveau Larcenet !

 C’est toujours un événement même si je ne suis pas un fan inconditionnel, j’ai apprécié « le retour à la terre » sans non plus m’en extasier. Bref, celui là est surprenant, bien différent de ce que Manu a pu écrire avant car il est beaucoup moins coloré, plus sombre.

 Forcément car il est en noir et blanc. Graphiquement, il risque de choquer certains lecteurs, les nez sont impressionnants, ils donnent à certains personnages un bec,  un air d’oiseau. Un trait atypique, dérangeant pour certains et magnifique pour d’autres. Que dire de la couverture qui rebouterait un fidèle du lecteur ! Surprenant tout ça mais envoûtant. Le noir et blanc a un charme fou pour ceux qui savent l’utiliser et Larcenet maîtrise.

 Surprenant aussi la trame. Certes on suit encore une fois la vie quotidienne d’un homme du commun mais qui à la mort de son père va se sortir de sa misère quotidienne non pas pour s’élever dans la société mais pour se trouver (ou se perdre selon les interprétations) spirituellement en expérimentant le « Blast », état indescriptible capable de faire voler un homme de plus de 100 kilos. Cette bd reste avant la quête mystique, un polar, l’introduction nous plongeant directement dans l’ambiance du commissariat et des interrogatoires. A la différence que le suspect n’a pas besoin d’être torturé pour avouer ses péchés, il avoue en prenant son temps et celui de ses interlocuteurs pour narrer son histoire.

  Une histoire hors norme passionnante.

 

Myavis : Un très bon Larcenet !

 Je me suis régalé, je ne regrette pas la lecture de ces 200 pages aux planches magnifiques et au texte  très bien foutu. Je n’ai pas pu le lâcher avant de l’avoir fini (enfin l’histoire ne l’est pas, ce n’est qu’un tome 1 !).

Il est clair par contre qu’il n’est pas à mettre entre toutes les mains et que cela reste un récit destiné aux adultes.

Amateurs de bonne bd, ne ratez pas Blast !

 

NB : ça me manquait de ne pas écrire sur mon blog ! J’ai lu tellement de trucs ces derniers temps, des trucs sympas en plus, dont je voulais vous parler. On va dire que cela fait partie de mes bonnes résolutions. J’essaierai de pointer régulièrement mon nez pour partager à nouveau mes lectures ! J’espère à très bientôt. Au fait, bonne année !

 

PS : j’ai menti, il y a un peu de couleur dans Blast mais très peu.

 

 Kaalook

 


Commentaires

 

1. lapinbleu2  le 11-01-2010 à 06:38:39  (site)

hello !! je ne connais pas du tout mais tu donnes envie de le lire.. ce matin je visite un peu et je suis tombé chez toi.. je ne partirais pas sans te présenter tous mes voeux de bonheur et surtout de santé pour cette nouvelle année 2010.. bon début de semaine.. jean claude..

2. kaalook  le 12-01-2010 à 01:49:29  (site)

Merci pour ton commentaire Jean Claude, repasse quand tu veux !
si tu decides de lire Blast j'espère que tu reviendras me donner ton avis.
Kaalook

3. ribeirao  le 14-01-2010 à 22:42:11  (site)

j'ai rapidement feuilleté "blast" dans une librairie, finalement il faudra que je le lise, merci pour ton résumé, et puis, meilleurs voeux! (maintenant je vais me coucher!!)

4. kaalook  le 20-01-2010 à 00:48:54  (site)

Salut Ribeirao, si mes fiches peuvent servir tant mieux ! Et bonne lecture si tu te lances dans l'aventure Blast.
Kaalook

 
 
 
le 09-10-2009 00:20

Boofédor et le dragon des sables. Partie IV

 

Voici la quatrième et avant dernière partie des aventures de Boofédor et le dragon des sables.

 

 

 

 

 

 

 The sand dragon (Part 4).

 

 

 

 

 

  Il était une fois à Dragontopia, un petit dragon qui répondait au nom de Léon. Ce petit dragon vivait dans le désert et n'avait jamais connu Noël. Sa famille vivait dans un des rares amas de roches du désert. Leur grotte était douillette, rien d'extravagant, elle contenait juste le minimum nécessaire, un tapis pour que chacun puisse dormir, un coin pour entreposer la nourriture quand il y en avait et le trésor de la famille. Le trésor de la famille, c'était cette merveilleuse armoire, un meuble gigantesque avec des dizaines et des dizaines d'étagères atteignant le sommet de la grotte. Les étagères étaient remplies de livres et le plus merveilleux, c'est que tous les jours, un livre nouveau apparaissait sur l'étagère d'en bas. Chaque matin, Léon trouvait un nouveau livre, et chaque fois, il avait une nouvelle surprise en l’ouvrant.  Il faut bien le dire, sans ce petit bonheur quotidien, il n'y avait pas beaucoup de choses à faire dans le désert pour le dragonnet. Son papa partait toute la journée à la chasse, à la recherche d'un bon repas pour nourrir sa famille. Sa maman devait s'occuper de l'entretien de la maison. Par-dessus tout, elle devait repousser le sable qui s'engouffrait dans leur demeure tous les jours vers l'extérieur. Parfois, la mère dragonne allait chasser et le père du dragonnet restait pour protéger leur repère. Ainsi, tous les jours, Léon sortait de la grotte au moment du grand ménage. Dés lors, il cherchait à occuper son temps. Jouer seul ne l’amusait plus et partir explorer le désert lui était formellement interdit.
De ce fait, il se rendait au sommet de l'amas de roches avec son livre et sous la plus haute  pierre, il s'asseyait à l'ombre. Il contemplait quelques instants l'infini du désert, le bleu du ciel, l’horizon au cas où, quelque chose se produirait. Mais rien ne se passait jamais. Léon avait une connaissance parfaite de cet environnement quasi immobile où seules les dunes bougeaient, se déplaçaient, vivaient lorsque le vent se manifestait. Toutefois, le destin avait décidé que ce jour ci serait différent pour le dragonnet.
Une fois bien installé, Léon ouvrit son livre comme à son habitude. Il ne l’ouvrait jamais avant, il aimait sentir son cœur battre pendant l’ascension des dernières roches, sentir son impatience grandir, sa curiosité augmenter. Il savait que la découverte du livre était son seul plaisir, et il gérait son impatience pour que sa joie soit plus grande au moment où il entreprendrait la lecture de l’ouvrage.
 Léon découvrit enfin le sujet du livre. Le livre du jour parlait de quelque chose dont il n'avait jamais entendu parlé, Noël. Sa lecture lui maintint un sourire tout au long de la journée. Tant et si bien qu'il finit de lire le livre avant le couché du soleil et qu'il se mit à rêver de Noël. Il était émerveillé par la célébration de cet événement. Il s'imagina alors qu'ailleurs dans le monde, il tombait de la neige, que des arbres appelaient sapins étaient décorées, qu’un repas copieux était servi, et que toute la famille partageait ce moment en chantant de belles comptines de dragon de Noël. Et cerise sur le gâteau, le dragon de Noël passait apporter aux gentils dragonnets, des cadeaux. Cela lui semblait tellement fabuleux. Il repensa à la définition de « gentil dragonnet » : "celui qui a été sage pendant toute l’année, qui n'a pas fait de grosses bêtises, comme brûler la grotte, cramer son repas ou celui de son voisin, avaler sans croquer les os". Ce gentil dragonnet pourrait être Léon, car il faisait parti des bons, de ceux qui écoutent leurs parents. Il faisait donc parti des dragonnets méritants et si Noël existait réellement, il se pourrait qu’il reçoive des cadeaux.-      Au fait, pensa t’il, quel jour était censé tomber Noël ?
Il ouvrit vite son livre et regarda la date indiquée. Il le referma et regarda le ciel. Léon avait dévoré un livre d'astronomie qui était apparu dans l'armoire quelques lunes plutôt. Ce livre lui avait énormément apporté, le ciel avait pris une autre signification, il n’y voyait plus que des étoiles mais de merveilleuses sources d’information. Désormais, il pouvait estimer les saisons, les lunaisons et les jours par exemple.
Quelle coïncidence ! D’après les calculs de Léon, Noël  serait demain !
Si Noël n’était pas qu’un conte pour dragonnet, dans la nuit, le dragon de Noël passerait et poserait discrètement des cadeaux dans les maisons.
Léon n'avait jamais eu de cadeaux, il n'avait jamais vu de neige non plus, ni d'arbres ou de sapins.
En fait, Léon était persuadé que Noël existait, les livres ne mentaient pas. Il voulait juste être de ceux qui vivaient cette fête. Ce serait tellement magique de vivre Noël avec sa famille ! Il souhaitait au plus profond de son cœur, passer un moment inoubliable avec ses parents. Du livre, il avait surtout retenu l’ambiance chaleureuse et conviviale de Noël. Les cadeaux ne l’intéressaient pas plus que ça, car après tout, il avait un cadeau tous les jours grâce à l’armoire magique. La veillée, le repas, le réveil, la découverte et l’ouverture des cadeaux sous le sapin, tous ces moments, Léon souhaitait ardemment les partager avec son père et sa mère. La famille n’avait pas souvent l’occasion de se retrouver et de connaître des instants de bonheur.
 Un bruit retentit dans le dos du petit dragon, mais Léon ne l’entendit pas, il était trop emporté dans ses pensées. Ce fut une petite pierre qui tomba non loin de lui qui le sortit de ses songes. Il se releva et regarda vers le sommet du rocher pour trouver la source de la chute de la pierre. Dans l'obscurité naissante, il vit à contre jour une ombre, sans aucun doute celle d’un dragon.
- Tiens, tiens, tiens, ne serait ce pas le petit Léon ? dit l’ombre qui le surplombait. L’ombre semblait se pencher en s’adressant à lui. Une tête finit même par sortir de la pénombre, c’était bien celle d’un dragon.
- Oui, c'est moi, répondit Léon sans la moindre peur, trop curieux de faire la rencontre de quelqu’un, ce qui n'arrivait que très rarement.
- Ne me dis rien, petit, je sais ce que tu souhaites, assura son interlocuteur. Léon le regarda avec de grands yeux.
-      Tu sais, tu m'as donné du fil à retordre ! Te trouver, n'a pas été une mince affaire ! Et exaucer ton voeu ne sera pas plus facile ! D'ailleurs le temps presse mais sache Léon avant que je ne reparte que le dragon de Noël car oui il existe, t'as bien entendu, nul besoin de lui écrire comme il est expliqué dans ton livre. Le dragon de Noel lit dans le coeur de ceux qui sont bons. Et il en va sans dire que tu en fais parti et que tu en seras récompensé !
Les révélations de ce dragon avaient été toutes aussi surprenantes les unes que les autres. Chaque mot prononcé avait excité la curiosité de Léon.
Le dragon commença alors à faire battre ses ailes et Léon put admirer le dragon qui lui avait apporté de si grandes nouvelles et de si grands espoirs. Il s’agissait d’un grand dragon vert dont le sommet du crâne finissait en une seule et unique corne, le signe reconnaissable des messagers du dragon de Noël !
- Ah ! Dernière chose ! dit le messager en tournant la tête en plein ciel. Au cas où, tu le penserais, je ne suis pas le dragon de Noël, juste un messager mais n'est crainte, il passera te voir en personne, il me l’a dit !
Puis le dragon vert reprit son envol à toute allure vers une destination inconnue, laissant Léon, heureux comme il ne l'avait jamais été auparavant.
Le soleil couché, Léon se mit à contempler les étoiles qui commençaient à scintiller mais le vent frais du soir commença à souffler  rappelant au dragonnet qu'il était temps de retourner dans sa grotte et de rejoindre sa famille.
En rentrant dans la grotte, Léon était fou de joie, il sauta sur sa mère, la mordilla par ci par là. Celle-ci fut surprise, elle n’avait vu pas souvent son fils dans une telle allégresse. Il expliqua à ses parents en quoi consistait Noël et leur proposa de le fêter selon son enseignement. Ils ne purent dire non à leur fils qui était si heureux. Toute la famille célébra la veillée de Noël avec les moyens du bord car ils n’avaient pas de sapin, ou les ingrédients pour faire le repas décrit dans le livre. Malgré la maigre prise qu'avait ramené son père, un Dunin des sables (un genre d'autruche dont les pattes palmées et larges sont faites pour courir sur les dunes ou pour creuser rapidement pour se cacher.) ils firent un très bon repas. La viande n’avait plus le même goût ou la même saveur, tout cela parce que les parents de Léon déployaient une énergie folle pour faire plaisir à leur fils et créer l’atmosphère si particulière.
A la fin du repas, Léon ne tarda pas à aller se coucher. Il venait de passer une si belle soirée qu’il espérait que son rêve continuerait le lendemain et il commença à imaginer ce qu’il pourrait se passer. Son imagination l’emmena loin, toutefois il perdit vite de l’altitude au pays des pensées pour rejoindre celui des songes et s’endormit rapidement.
 Pourtant la tempête fit rage cette nuit là, un vent à décorner un aurochs soufflait dehors et un froid glacial envahit doucement le désert ...
D'ailleurs au matin, c'est ce qui réveilla Léon. Un souffle glacial lui remonta le long de l'échine, le réveillant en sursaut. Il se mit sur pattes, et observa ses parents qui dormaient encore. Continuant des yeux son petit tour de la grotte, il vit un spectacle incroyable, qui dépassait son imagination.
Il y avait un sapin dans la grotte ! En tout cas, d'après l'illustration qu'il avait vu dans le livre, ça ne pouvait être que ça. Le sapin était magnifiquement décoré de guirlandes, de boules, de petits personnages inconnus. Un vrai régal pour les yeux de Léon. Puis quelle odeur ! Léon n'avait jamais reniflé de parfum aussi bon que celui de l’arbre. Si il ne savait pas que le sapin n’était pas comestible, il l'aurait certainement dévoré dans l’instant !
En regardant à la base du sapin, il découvrit avec surprise, ce qu'il identifia comme des cadeaux. Il allait se diriger vers eux, lorsque ses narines détectèrent une autre odeur beaucoup plus savoureuse que celle du sapin ! Décidément, il allait de surprise en surprise ce matin. Non loin du conifère, sur le coté, il entrevit, un festin, un assemblage de proies finement préparées et cuisinées avec des légumes et des fruits aux couleurs chatoyantes et aux senteurs enivrantes pour le museau du dragonnet.
Un nouveau souffle frais lui parcourut le dos mais cette fois ci, ce n'était pas le vent mais plutôt  la respiration d’un animal, voir d'un dragon. Il fit volte face et eut le temps de voir, une immense queue reptilienne rouge ornée de petits pics blancs sortir à toute vitesse de la grotte en zigzagant.
Trop curieux, Léon partit dans le couloir menant à l’extérieur, à la poursuite de cet intrus. Lorsqu'il approcha de la sortie, il vit de grandes empruntes dans le sable, puis il en fit à son tour. C'était étrange. Les empruntes n'étaient pas comme d'habitude, déjà, elles étaient plus profondes et marquaient beaucoup plus la forme de la patte. De plus, lorsqu'on en faisait, il en résultait un drôle de bruit et une sensation de fraîcheur. Il s'arrêta, ramassa de ce sable mais de suite il se rendit compte que ce n'était pas du sable mais de la neige ! De l’eau transformait par le froid en flocons et qui tombaient du ciel comme les gouttes de pluie. Son livre décrivait ce phénomène de cette manière. 
Toutes ces choses qui étaient entrain de se produire, il n’y avait qu’une personne qui pouvait en être responsable, le dragon de Noël. Certainement que la queue qu’il avait vu et les empruntes dans la neige était celle de cet être merveilleux. Léon se mit en tête de remercier le dragon de Noël avant qu’il ne parte et accéléra sa course pour le rattraper. Dans son empressement, il fit plusieurs chutes dans la neige mais sa motivation le releva à chaque fois.
Lorsque Léon arriva dehors, le soleil n'était pas encore sorti, le ciel commençait à annoncer son arrivée à l’horizon. Il faisait froid, très froid. Léon se rendit compte que le désert qu’il connaissait n’était plus. Le sable avait laissé place à la neige, et le vent du matin balayait des dunes de glace. Un spectacle aussi unique que surprenant pour le dragonnet. Un rêve fou devenu réalité. Il avait l’impression d’être sur la lune, loin de la terre aride.
Enfin, Léon vit ce qu’il voulait voir. Un magnifique dragon rouge comme il ne pouvait y en avoir qu'un, se tenait là, au milieu de ce paysage irréel. Certes, il avait le ventre bien bas, mais il avait fière allure avec ses écailles écarlates, ses griffes blanches parfaitement taillées, et ses pics dorsaux, eux aussi d'un blanc fantomatique. Et que dire de ses grands yeux bleus chaleureux, de sa corne légèrement tordue vers l’arrière trônant majestueusement sur son crâne et de ses deux petites cornes au menton lui donnant un air sympathique. C'était le dragon de Noël sans aucun doute et rares étaient ceux qui l’avaient vu et Léon en faisait maintenant parti.
- Joyeux Noël Léon, lança le dragon rouge. Il m’a fallu des années pour te trouver et un peu moins pour satisfaire ton souhait. Après tout, Léon n'est ce pas Noël à l'envers ? Alors le temps d'une matinée, le désert sera aussi froid qu'il est chaud et j’espère que ton cœur et ton foyer seront remplis de la douce chaleur de Noël.
 Le dragon lui fit un clin d'oeil, Léon n’eut rien à lui répondre de mieux qu’un grand et beau sourire. Le soleil fit son apparition à cet instant, éblouissant le dragonnet qui cligna des yeux. Lorsqu’il les ouvrit à nouveau le Père Noël comme il se fait généralement appeler, n’était plus là.
Léon n’avait pas eu le temps de le remercier comme il le voulait mais le Père Noel avait pris le sourire du dragonnet comme la plus belle des récompenses.
Certes le dragon de Noël avait disparu, suivi de peu par la neige et le repas mais ce moment partageait avec le dragon de Noël et avec sa famille resta à jamais gravé dans le cœur de Léon.



Boofédor referma alors le livre qu’il avait pris dans la bibliothèque du château et se tourna vers Cioo qui se trouvait non loin et lui dit :
- Pas mal cette histoire. Tu crois que Pipi reviendra bientôt ? En attendant son retour, cette histoire de ripaille dans le désert et tous ces mots m’ont donné faim. Je vais faire un tour dans le frigo magique, un repas de Noël te tente ?

 

 

A suivre.
 


Commentaires

 

1. rck  le 11-01-2010 à 01:03:17  (site)

Ah ben faut que j'aille tout lire depuis le début^^

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article